Évolution des salaires 2024 dans le secteur des vins, cidres, jus de fruits, sirops, spiritueux et liqueurs en France

« `html

Depuis octobre 2021, la branche réagit aux augmentations du SMIC en adaptant systématiquement la grille salariale, préservant ainsi les efforts d’élargissement de cette grille. En 2023, une proposition de revalorisation a été présentée par les employeurs, incluant une augmentation de 2,1% dès février (à l’exception du niveau 1A), élevant le premier niveau salarial à 1787€, soit 20€ au-dessus du SMIC. Cette proposition implique une augmentation moyenne annuelle de 3,63% et une augmentation mensuelle entre 30€ et 101€. L’accord, satisfaisant les revendications, a été signé par la FGTA-FO. Par ailleurs, un avenant important concernant la gratification (13e mois) a été obtenu en mars 2023, applicable à partir de juin 2023 pour les entreprises adhérentes au CNVS et en septembre pour les autres.

Grille salariale et gratification : des avancées significatives

La récente négociation salariale a abouti à des modifications importantes pour les salariés. Avec une augmentation globale de la grille des salaires de 2,1% dès le 1er février 2024, les employés verront leur pouvoir d’achat renforcé. Cette augmentation est d’autant plus significative qu’elle place le salaire de départ bien au-dessus du minimum légal, établissant un nouveau standard pour le secteur.

Le 13e mois, une gratification plus accessible

Le système de gratification a également été revu, avec l’adoption de l’avenant n° 28 en juin 2023, étendant ainsi le bénéfice d’un 13e mois à davantage de salariés. Cette mesure favorise une meilleure rétribution de la fidélité des employés, en reconnaissant leur ancienneté et leur position au sein de l’entreprise. Cette avancée représente un progrès notable dans la reconnaissance du travail et de l’engagement des salariés.

Les implications pour les employeurs et les salariés

Il est crucial pour les entreprises de prendre en compte ces changements, tant pour des raisons légales que pour le bien-être de leurs employés. Les réajustements salariaux et la mise en place de la gratification requièrent une attention particulière afin de garantir leur bonne application. Pour les salariés, ces évolutions sont synonymes d’une amélioration de leurs conditions de travail et de leur qualité de vie.

Des questions à poser en CSE

La mise en œuvre de ces mesures peut varier d’une entreprise à l’autre. Il est donc recommandé aux représentants du personnel de soulever la question lors des réunions du Comité Social et Économique (CSE), afin de s’assurer de l’application effective des accords. Cette démarche est essentielle pour garantir que tous les salariés bénéficient équitablement des avancées obtenues.

Conclusion

Ces évolutions salariales et sociales marquent un pas important vers une meilleure reconnaissance du travail. Elles reflètent également l’importance du dialogue social et de la négociation collective dans l’amélioration continue des conditions de travail. Pour les salariés, ces changements sont une opportunité d’améliorer leur situation, tandis que pour les employeurs, ils représentent un engagement vers un environnement de travail plus équitable et motivant.

Credits

Sources utilisées pour cet article :

« `