Fléchissement des exportations françaises de vins et spiritueux en 2023

« `html

En 2023, l’industrie française des vins et spiritueux a connu un recul de ses exportations, marquant une pause après deux années exceptionnelles. Cette situation, résultant notamment de l’inflation et de la réduction des stocks à l’étranger, soulève des défis et rappelle l’importance de s’adapter aux évolutions du marché.

La nécessité d’une adaptation constante

La Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS) a signalé que les ventes à l’international de produits emblématiques tels que le vin, le champagne et le cognac ont diminué de 6% en 2023, s’établissant à 16,2 milliards d’euros. Cette baisse suit deux années de croissance exceptionnelle, avec des hausses de 28% en 2021 et de 11% en 2022. Gabriel Picard, président de la FEVS, interprète cette situation comme un «atterrissage en douceur» mais également comme une «alerte pour nos entreprises» sur la nécessité d’innover et de s’ajuster aux préférences changeantes des consommateurs.

Impact de l’inflation et gestion des stocks

L’inflation a joué un rôle prépondérant dans le ralentissement des ventes à l’étranger, en affectant le pouvoir d’achat des consommateurs. De plus, aux États-Unis, un important marché pour les exportations françaises, les distributeurs ont opté pour une réduction de leurs stocks, contribuant ainsi à la baisse des importations. Cette situation souligne l’importance pour les producteurs français de diversifier leurs stratégies de marché.

Une alerte pour l’innovation

Face à ces défis, Gabriel Picard appelle à une remise en question et à l’innovation de la part des producteurs français. Il propose d’explorer de nouveaux formats de produits, comme les canettes ou les capsules à vis, pour mieux répondre aux attentes actuelles des consommateurs. Il souligne également le rôle crucial des pouvoirs publics dans la préservation des marchés existants et dans l’ouverture de nouveaux horizons, notamment à travers des accords de libre-échange et la résolution de litiges commerciaux.

Les marchés principaux en perspective

Même si les États-Unis demeurent le premier acheteur de vins et spiritueux français, une baisse significative de 22% des importations a été enregistrée. Cependant, le Royaume-Uni et la Chine affichent des dynamiques contrastées, avec une stabilisation des exportations pour le premier et une légère baisse pour le second, illustrant la diversité des situations selon les marchés.

Conclusion

Cette période de recul pour l’industrie des vins et spiritueux français apparaît comme un moment crucial d’adaptation et d’innovation. Les acteurs du secteur sont invités à réfléchir à de nouvelles approches pour séduire les consommateurs internationaux, dans un contexte économique mondial en mutation.


Credits

Sources utilisées pour cet article :

« `