Alcools et Spiritueux

Le septième ciel des domaines viticoles grâce aux avions : une ascension vers le succès

Le ciel, nouvel eldorado pour les vignobles : une exploration du vin à bord des avions

Une fois le signal de la ceinture éteint, l’avion se transforme en un restaurant sans fin, où le vin coule à flot, parfois payant, souvent à volonté. Cette tradition, aussi vieille que l’aviation commerciale, voit les compagnies aériennes offrir des étiquettes de qualité pour séduire leurs clients. Même les transporteurs à bas coûts proposent une sélection de vins rouges, blancs et pétillants à petits prix. Pendant ce temps, les vignerons voient dans le ciel un eldorado prospère et joyeux, loin des incertitudes terrestres.

La consommation de vin en altitude : une tendance à contre-courant

Alors que la consommation de vin diminue chaque année sur terre, le phénomène inverse s’observe dans les airs. Avec 4,7 milliards de passagers attendus en 2024, les compagnies aériennes comme Air France et Emirates débouchent respectivement plus de 2 millions et 3,5 millions de bouteilles de vin par an. Les vins français, notamment les Bordeaux et les Champagnes, dominent largement les plateaux-repas des grandes compagnies aériennes, une question de prestige autant que de tradition.

L’audience captive à bord

Les avions offrent aux domaines viticoles une occasion unique de présenter leurs millésimes à une clientèle captive et plutôt aisée, de différentes nationalités. Cependant, le nombre de marques choisies reste très limité, les contraintes de gestion des stocks empêchant les compagnies d’augmenter la variété des étiquettes. Les vignerons capables de fournir au moins 60,000 bouteilles d’un millésime sont donc privilégiés, laissant de côté ceux qui préfèrent des canaux de distribution plus sélectifs et rentables.

La qualité du vin en question dans la cabine économique

Dans la cabine économique, où sont assis 90 % des passagers, les vins sont le plus souvent servis dans des bouteilles en plastique de un quart de litre. Cette pratique économique a un impact direct sur la qualité des vins proposés, rarement exceptionnelle. Gaël Pichodo, responsable marketing produit chez Corsair, souligne que payer 1 € de plus par bouteille pour chaque plateau-repas augmenterait considérablement les coûts.

Conclusion

La tradition du vin en vol perdure, évoluant avec les contraintes économiques et les attentes des passagers. Les compagnies aériennes continuent de naviguer entre la nécessité de proposer des produits de qualité et les limitations pratiques, tandis que les vignerons cherchent à conquérir ce marché unique. Le ciel reste ainsi un espace privilégié pour la découverte et l’appréciation du vin, malgré les défis persistants.

Crédits

Sources utilisées pour cet article :

Marc du 37.fr

Bienvenue ! Je suis Marc, Lyonnais de naissance et passionné de gastronomie. Je partage depuis mon blog mes recettes, mes dégustations, découvertes et bonnes adresses. N'hésitez pas à vous rendre sur Facebook pour être au courant des derniers articles.

Publicité

Bienvenue sur Le 37.fr, le Blog qui parle de Bouffe !

Au 37.fr, nous souhaitons vous apporter des informations « fraîches » sur les aliments, épices, condiments, visibles ou invisibles de notre quotidien.

Plus qu’un énième blog sur les bienfaits de bien manger, nous souhaitons apporter notre touche EPICURIENNE, parce qu’une bonne bouffe, c’est aussi avec un bon verre, et qu’une bonne bouteille se réalise avec de bons aliments.

Bonne route.