Alcools et Spiritueux

Les News du Vin dans le monde…

le marché du vin dans le monde

Bienvenue! Nous voici avec la première fournée d’actualités de 2023, des éclairages sur le vin et ses alentours tracés sur le net. La formule ne change pas, beaucoup de sujets d’actualité pour comprendre comment fonctionne le monde hors de notre fenêtre.

Dans cet épisode de début d’année, on retrouve entre autres : l’effet Lotus Blanc, les étiquettes et les données nutritionnelles, le Pérou œnologique, le vin dans le métaverse et les graves problèmes à Bordeaux.

Bonne lecture !


L’effet Lotus blanc viendra-t-il après l’effet latéral ?
Dans quelle mesure une émission de télévision peut-elle influencer la consommation de vin ? Sideways est maintenant une étude de cas. Quiconque a vu Paul Giamatti démolir les merlots californiens et chanter les louanges du pinot noir sait à quel point ce film de 2005 a orienté la consommation de vin sur le marché américain.
Après ce film, la production de pinot noir a augmenté de 170 % en Californie et on a commencé à parler de «l’effet latéral“. Un cas similaire s’est produit au cours de la deuxième saison de Le Lotus Blanc, situé à Taormina et ses environs. Jason Wilson se demande si cette émission peut reproduire la tendance déclenchée à l’époque par le film d’Alexander Payne, en ce qui concerne le vin sicilien en l’occurrence, et part de là pour explorer comment ce type de « publicité » a un impact important sur un bon éventail de consommateurs. , arrivant là où le marketing, les stratégies commerciales et les cours sur le vin peinent à faire mouche.


Les manifestations continuent à Bordeaux
La situation autour de Bordeaux semble incandescente ces derniers mois. En effet, les protestations et demandes de milliers de viticulteurs contre le gouvernement français pour obtenir des subventions pour compenser l’arrachage de milliers d’hectares de vignes se poursuivent. La crise climatique, la baisse de la consommation de vin rouge et un fort ralentissement des vins locaux sur le marché chinois sont à l’origine d’une crise qui touche principalement les petits producteurs du Médoc. Le montant demandé est 10 000 euros pour chaque hectare explanté, stopper la surproduction qui sort de cet énorme réservoir de vin.


Les ingrédients et les valeurs nutritionnelles apparaissent sur les étiquettes des vins
À partir de décembre de cette année, chaque bouteille importée en Europe devra présenter une étiquette dans laquelle elle trouvera également de la place information nutritionnelle et Ingrédients contenue dans ce vin. Après des années de débat sur l’opportunité d’inclure ou non des détails de ce type sur les bouteilles de vin, une conclusion a finalement été tirée. Comme le rapporte l’article de Esther Mobley dans le San Francisco Chronicle, les États-Unis aussi adopteront bientôt une législation similaire. Puisque même les consommateurs de vin ont développé ces dernières années une profonde attention à ce que l’on trouve dans le verre, l’apparition des ingrédients sur l’étiquette répond à ce besoin d’information et de transparence. L’autre pièce mise en évidence réfléchit sur les raisons pour lesquelles l’industrie du vin est restée à l’arrêt sur une question centrale comme celle-ci. Aussi à la lumière de la sensibilité différente que les nouvelles générations montrent envers ce que contiennent les aliments qu’elles consomment, il sera nécessaire que les producteurs et les instances supranationales en tiennent compte. L’opportunité pour les entreprises sera aussi celle d’une plus grande transparence et de pouvoir réfuter de nombreux clichés qui tournent autour du contenu d’une bouteille.

Les informations nutritionnelles apparaîtront bientôt sur certaines bouteilles de vin, et elles pourraient vous surprendre (Economie.gouv)


Et si on commençait à réutiliser les bouteilles vides ?
Nous avons déjà rapporté des articles dans le passé qui révèlent à quel point l’utilisation de bouteilles en verre est non durable, du point de vue de la production, de la logistique et même de l’élimination. Les alternatives existent mais évidemment les résistances et les difficultés au changement sont difficiles à contourner. Cette proposition lancée par le groupe espagnol devient donc intéressante Famille Torres. L’entreprise catalane, à la pointe de son parcours vers le développement durable, a proposé de construire un réseau européen de réutilisation des bouteilles impliquant les caves, les consommateurs et les entreprises verrières dans cette opération. Josep Maria Ribas, directeur du changement climatique de l’entreprise espagnole, explique que des discussions ont déjà commencé avec les grandes entreprises verrières pour comprendre s’il existe la possibilité d’étudier un format standard pour les bouteilles de vin usagées sur le marché européen. La concrétisation de cette idée n’est pas sans obstacles, mais elle pourrait constituer un tournant important dans la lutte contre la non-durabilité de l’industrie du verre.

Campagne Familia Torres pour un système européen de bouteilles consignées « dans moins de 3 ans » (Vitisphere)


Connaissez-vous le vin péruvien ?
Auriez-vous déjà pensé que le Pérou est la nation du Nouveau Monde avec la plus ancienne tradition viticole ? Grâce à l’intérêt suscité ces dernières années par la surprenante scène gastronomique de Lima et de ses environs, avec le cortège conséquent d’étoiles Michelin, la curiosité pour les vins du pays niché dans les Andes s’est également accrue. Plusieurs raisons ont conduit le vin péruvien à s’éclipser au fil des siècles, entre autres le pisco, qui est rapidement devenu la boisson nationale. Mais le vin au Pérou a toujours été fait avec des résultats fluctuants. Désormais, il y a deux grandes écoles de pensée : la française et donc les appellations habituelles bien connues – cabernet, sauvignon blanc, chardonnay – celle de plus grand intérêt qui se concentre sur les cépages ibériques, avec des résultats qui semblent de plus en plus encourageants de temps en temps, comme l’écrit Tim. Atkin dans cette étude.

Sur la piste du vin péruvien (Tim Atkin MW)


Le métaverse emmène le vin dans le futur
Levez la main si vous n’en avez pas entendu parler ces derniers mois NFT, métaverse et blockchain. Ne serait-ce que par erreur, vous serez tombé sur l’un de ces mots, incompréhensibles pour beaucoup, inconnus pour d’autres mais en tout cas entrés de plain-pied dans la réalité dans laquelle nous sommes plongés : d’une manière ou d’une autre, nous devrons y faire face . Même le monde du vin, traditionaliste par définition, a commencé à entretenir des relations étroites avec les termes susmentionnés. Comme l’explique cette idée intéressante Richard Hemming MW, le métaverse est une opportunité pour l’industrie du vin d’une manière qui n’a peut-être pas encore été pleinement explorée. Dégustations et visites dans les vignes à garder connectées virtuellement, de vraies bouteilles qui deviennent NFT ou gamification impliquant les amateurs et connaisseurs de vin. La nouvelle forme que prendra le web demain commence à montrer ce que pourraient être les manières d’aborder le vin à l’avenir. On verra.

Le vin et le métaverse (Club Oenologique)


Lumières et ombres de l’intelligence artificielle sur le monde du vin
Voici un autre reportage qui tente d’imaginer à quoi ressemblera le monde du vin dans un futur proche. Si nous parlions du métaverse avant, maintenant c’est au tour de l’Intelligence Artificielle et c’est ça Chat GPT qui fait le tour du monde. Nous aussi aperçu nous l’avons testé sur des vins naturels. L’article en question tente de comprendre quel pourrait être l’impact d’outils comme ChatGTP sur le monde du vin, notamment en termes de marketing du vin et de description des vins ainsi qu’en restauration, service client et gestion des stocks et des entrepôts. Sommeliers Et journalistes ils pourraient être les premiers à ressentir les effets d’une intelligence artificielle avancée capable de remplacer leur travail. La pièce est intéressante et réfléchie, avec une dernière surprise que je ne révélerai pas…

ChatGTP et le vin : un événement en voie d’extinction pour les écrivains et sommeliers du vin ? (JaneAnson.com)


Cauchemars de la logistique et augmentation des prix
Une tempête parfaite. C’est ainsi qu’il est défini sur Filaire la situation dans laquelle s’est retrouvée l’industrie du vin en 2022. Une tempête parfaite à laquelle ont contribué l’invasion russe de l’Ukraine, l’augmentation des coûts de l’énergie et la persistance du Covid en Chine. Des éléments qui, en cascade, ont entraîné des coûts élevés et des difficultés à trouver des bouteilles, des bouchons, des capsules et des étiquettes, c’est-à-dire tout cela souvent invisible mais corollaire indispensable pour faire entrer le vin dans nos verres. Ces difficultés se sont ajoutées à l’une des saisons estivales les plus chaudes jamais enregistrées et qui, à son tour, a créé de nombreux problèmes. Finalement, la tempête a frappé sous la forme de difficultés majeures pour le des chaînes d’approvisionnement du vin mondial et dans les augmentations de prix qui en résultent que nous verrons très probablement en 2023.

Le vin devient plus cher grâce à un cauchemar logistique (Wired)


Allez, Tchin comme on dit !

Marc du 37.fr

Bienvenue ! Je suis Marc, Lyonnais de naissance et passionné de gastronomie. Je partage depuis mon blog mes recettes, mes dégustations, découvertes et bonnes adresses. N'hésitez pas à vous rendre sur Facebook pour être au courant des derniers articles.

Publicité

Bienvenue sur Le 37.fr, le Blog qui parle de Bouffe !

Au 37.fr, nous souhaitons vous apporter des informations « fraîches » sur les aliments, épices, condiments, visibles ou invisibles de notre quotidien.

Plus qu’un énième blog sur les bienfaits de bien manger, nous souhaitons apporter notre touche EPICURIENNE, parce qu’une bonne bouffe, c’est aussi avec un bon verre, et qu’une bonne bouteille se réalise avec de bons aliments.

Bonne route.