L’impact historique de l’Irlande sur le vin de Bordeaux

« `html

Les marchands irlandais et l’invention des grands crus bordelais : une perspective historique révélée

Un héritage irlandais dans les vignobles de Bordeaux

Charles Ludington, historien et connaisseur de vin, défend l’idée que les marchands irlandais ont joué un rôle prépondérant dans la création de l’identité moderne des vins de Bordeaux, particulièrement des grands crus. Dans son ouvrage en préparation, il explore comment, en réponse à la demande des élites britanniques et irlandaises, ces marchands ont façonné la réputation exaltée des vins bordelais.

La colonie irlandaise à Bordeaux

Opprimés par des guerres, des persécutions religieuses et la perte de propriétés, de nombreux Irlandais ont quitté leur pays au XVIIe siècle. Bordeaux, offrant des opportunités économiques notamment dans le commerce du bœuf salé, est devenue un refuge important pour eux. Cette migration a posé les premières pierres d’une influence irlandaise durable sur la région vinicole de Bordeaux.

Les marchés lucratifs des marchands irlandais

Les premières mentions des grands crus bordelais, comme Haut-Brion, Margaux, Lafite et Latour, apparaissent dans les archives londoniennes du début du XVIIIe siècle. Ces vins, initialement créés pour le marché anglais, étaient largement achetés puis élevés par des marchands irlandais à Bordeaux avant d’être exportés vers les îles Britanniques. Ces pratiques ont significativement contribué à l’essor de la réputation des vins de Bordeaux.

L’influence irlandaise sur les vins de Bordeaux

En cherchant à satisfaire les goûts des élites britanniques et irlandaises pour des vins corsés, lisses et foncés, les marchands irlandais ont innové en mélangeant les vins bordelais avec des variétés espagnoles et du Rhône. Cette méthode, bien loin d’être considérée comme frauduleuse à l’époque, a été déterminante dans la définition du profil des grands crus bordelais.

Des découvertes surprenantes

La recherche de Ludington révèle que l’ajout de vins espagnols et du Rhône aux Bordeaux n’était pas une pratique isolée pour compenser les mauvais millésimes, mais bien une coutume régulière. Cette découverte remet en question les récits traditionnels sur la pureté des vins de Bordeaux de cette époque. Par ailleurs, l’étude met en lumière la cohésion sociale entre les communautés irlandaises catholiques et protestantes à Bordeaux, démontrant une solidarité transnationale inattendue.

Un vin typique de l’influence irlandaise

Si l’on devait choisir un vin représentant cette influence irlandaise sur Bordeaux, Ludington suggérerait le Château Palmer Historical XIX Century Wine, un mélange rappelant les pratiques de l’époque, et le Château Langoa Barton, directement lié à l’héritage irlandais à travers la famille Barton.

Credits

Les informations de cet article sont principalement tirées de l’interview de Charles Ludington par Suzanne Mustacich pour Wine Spectator, et de ses recherches approfondies sur l’influence irlandaise dans le développement des vins de Bordeaux.

« `