Alcools et Spiritueux

Macron regrette le rejet par le Sénat de l’accord commercial UE-Canada, critiqué par les agriculteurs

« `html

Le président français Emmanuel Macron a exprimé ses regrets suite au rejet par le Sénat de la législation visant à ratifier un accord commercial entre l’Union Européenne et le Canada, critiqué par les agriculteurs pour la concurrence déloyale qu’il introduirait.

L’impact de l’accord CETA sur l’agriculture française

Le rejet par le Sénat français de la ratification de l’Accord Économique et Commercial Global (AECG), plus connu sous le nom de CETA, soulève des questions importantes sur l’avenir de l’agriculture en France et en Europe. Emmanuel Macron, qui voit dans cet accord une opportunité pour l’industrie agricole française, se trouve à présent face à une forte opposition, tant de la part des législateurs que des agriculteurs eux-mêmes.

Les bénéfices contestés du CETA

Depuis sa mise en application provisoire en septembre 2017, le CETA a été présenté comme un moteur de croissance pour les exportations françaises vers le Canada, avec une augmentation notable des exportations de fromages et de vins. Toutefois, les agriculteurs et les syndicats agricoles expriment des inquiétudes quant aux normes environnementales et sanitaires, craignant que l’accord n’entraîne une concurrence déloyale de produits ne respectant pas les strictes réglementations européennes.

Une victoire pour les standards français?

Le vote du Sénat est perçu par certains comme une victoire pour la protection des standards agricoles français, considérés parmi les plus stricts au monde en matière de santé, d’environnement et de bien-être animal. Cependant, ce rejet pose la question de l’avenir des accords commerciaux internationaux de la France, et de leur compatibilité avec les valeurs et normes européennes.

Quel avenir pour le CETA?

La décision du Sénat de renvoyer le texte à l’Assemblée nationale pour un nouveau débat souligne l’incertitude entourant la ratification finale du CETA en France. Ce rejet illustre le fossé entre les ambitions commerciales internationales et les préoccupations locales, en particulier dans le secteur agricole, qui reste un pilier de l’économie et de l’identité françaises.

La perspective des agriculteurs

Les agriculteurs, qui avaient manifesté leur mécontentement à travers des protestations sur leurs tracteurs, attendent désormais de voir comment leurs préoccupations seront abordées dans les discussions futures. La balance entre ouverture commerciale et protection des intérêts locaux semble plus délicate que jamais.

Conclusion: Un débat loin d’être clos

Le débat autour du CETA et de son impact sur l’agriculture française est loin d’être clos. Il souligne la complexité des accords commerciaux modernes et leur intersection avec les politiques environnementales, sanitaires et économiques locales. Ce rejet par le Sénat peut être vu comme un appel à une réflexion plus approfondie sur la manière dont la France et, plus largement, l’Europe, choisissent de s’engager sur la scène commerciale mondiale tout en protégeant leurs propres intérêts.

Credits

Sources d’information et d’analyse utilisées pour cet article :

« `

Marc du 37.fr

Bienvenue ! Je suis Marc, Lyonnais de naissance et passionné de gastronomie. Je partage depuis mon blog mes recettes, mes dégustations, découvertes et bonnes adresses. N'hésitez pas à vous rendre sur Facebook pour être au courant des derniers articles.

Publicité

Bienvenue sur Le 37.fr, le Blog qui parle de Bouffe !

Au 37.fr, nous souhaitons vous apporter des informations « fraîches » sur les aliments, épices, condiments, visibles ou invisibles de notre quotidien.

Plus qu’un énième blog sur les bienfaits de bien manger, nous souhaitons apporter notre touche EPICURIENNE, parce qu’une bonne bouffe, c’est aussi avec un bon verre, et qu’une bonne bouteille se réalise avec de bons aliments.

Bonne route.