Macron regrette le rejet par le Sénat de l’accord commercial UE-Canada

« `html

Le président français Emmanuel Macron a exprimé ses regrets suite au vote du Sénat contre la ratification de l’accord commercial entre l’Union européenne et le Canada, connu sous le nom de CETA. Cet accord, qui a été critiqué par les agriculteurs pour la concurrence jugée déloyale qu’il introduit, a vu ses exportations de fromage et de vin français s’envoler respectivement de 60% et 24% au cours des six dernières années.

Le rejet du CETA par le Sénat français : une décision contestée

La décision du Sénat français de rejeter la législation de ratification du Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA) a suscité une vague de réactions à travers le pays. Bien que cet accord ait provisoirement pris effet en septembre 2017, son application complète nécessite l’approbation de chaque parlement national. La récente décision du Sénat ne signifie pas nécessairement que la France rejettera définitivement la ratification, mais elle soulève des questions importantes sur l’avenir de l’accord.

Les implications pour l’agriculture française

Le président Macron a défendu l’accord, affirmant qu’il est « très bon pour le lait, très bon pour le fromage, très bon pour le vin ». Cependant, les agriculteurs français et des organisations de producteurs alimentaires ont exprimé leurs inquiétudes, craignant que l’accord ne nuise à l’industrie alimentaire française à long terme. Ils soulignent le manque de garanties concernant l’alignement du Canada sur les normes européennes, ce qui pourrait menacer le secteur de l’élevage.

La réponse du secteur agricole

La réaction des syndicats d’agriculteurs et des associations professionnelles a été largement négative. Le président de l’Union des jeunes agriculteurs a pointé du doigt le « manque de garanties » offertes par le CETA. De plus, l’Interbev et la Confédération Paysanne ont accueilli favorablement le vote du Sénat, le considérant comme un signal fort en faveur de la protection des normes françaises et européennes en matière de santé, d’environnement et de bien-être animal.

L’impact sur les exportations françaises

Entre 2017 et 2023, les exportations françaises vers le Canada ont augmenté de 33%, tous secteurs confondus, y compris l’industrie alimentaire. Le ministre français du Commerce extérieur, Franck Riester, a mis en évidence l’augmentation significative des exportations de fromage et de vin. Toutefois, la Fédération française des exportateurs de vins et spiritueux a déploré la décision du Sénat, la qualifiant de « revers pour la France et un coup dur pour le secteur des vins et spiritueux ».

Conclusion

La décision du Sénat français de rejeter la ratification du CETA a soulevé de nombreuses questions sur l’avenir de l’accord et ses implications pour l’agriculture et le commerce en France. Alors que le débat continue, les parties prenantes devront peser soigneusement les avantages et les inconvénients de l’accord pour l’économie française et ses standards agricoles.

Credits

Les informations de cet article ont été principalement extraites de News18 et complétées par des recherches supplémentaires pour fournir une analyse approfondie de la situation.

« `